J'étais un peu impressionnée de m'immiscer dans cette fête intime. Seules les proches étaient réunis. J'avais bien été invitée à cette célébration, mais on me donnait du "madame" et on me désignait comme "la patronne de sa mère". J'ai mis du temps à comprendre que la patronne dont il s'agissait, c'était moi!
Il a fallu un petit moment d'observation réciproque, d'échange de banalités, de rires furtifs pour que je me sente acceptée et un peu intégrée! 
Marin et les filles sont depuis longtemps considérés comme faisant partie de la famille. Mais en devenant adulte, on perd un peu de cette faculté de se fondre dans tous les décors en faisant fi des différences sociales, culturelles, linguistiques. 

C'était sympa de prendre part à ce rituel dont j'ignorais tout, au milieu de ce gynécée (seule le fiston était admis au milieu de ces femmes) tantôt ému, tantôt hilare. Une petit part du Brésil... à part.

 

IMG_0418_copie    IMG_0463_copie

IMG_0434_copie    IMG_0439_copie

IMG_0435_copie

 IMG_0431_copie    IMG_0470_copie

 IMG_0491_copie    IMG_0498_copie

 IMG_0457_copie    IMG_0487_copie

IMG_0484_copie    IMG_0473_copie

IMG_0509_copie

* littéralement "thé de bébé", mais je vous rassure on ne fait pas infuser des nouveaux-nés. C'est une petite festouille autour de la future jeune maman à laquelle on offre plein de trucs pour son petit à naître. On la déguise, on lui attribue des épreuves et des gages. Je crois que ça s'apparente au "baby shower" américain qui, là non plus, n'est pas une douche où on se prendrait des nourrissons sur la tête! Ils ont de drôles d'idées pour les noms quand même!